Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2006-2012 - textes, photographies, peintures,  vidéos, expos

Joris-Karl Huysmans

Publié le 20 Novembre 2007 par Cendre in Littérature - cinéma - art - cult...

 
Joris-Karl Huysmans À REBOURS Avec une préface de l’auteur écrite vingt ans après le roman, suivi de Huysmans, occultiste et magicien et d’une Notice sur les hosties magiques qui servirent à Huysmans pour combattre les envoûtements par Joanny Bricaud

«A Rebours apparut comme une œuvre extravagante et folle. On a dit qu’il était le manuel de l’onanisme de l’imagination. Huysmans s’y révélait en quête de sensations neuves, de joies inédites, de frissons rares et d’exquises névroses !
« Le naturalisme était en pleine déroute. Une brise chargée de mysticisme avait soufflé sur la littérature ; la jeune génération éprouvait le besoin et le goût de « l’au-delà » ; le spiritisme et l’occultisme devinrent en vogue.

 

« Des poètes, des romanciers, des savants se groupèrent autour de revues consacrées aux études ésotériques : l’Initiation, l’Étoile, que dirigeaient Stanislas de Guaita, Péladan, Papus, Albert Jounet.
« Huysmans à qui ne suffisait déjà plus l’artificiel de des Esseintes, se tourna lui aussi vers le surnaturel et l’inconnu.

« Il entreprit de révéler des pays peu connus, des contrées presque inexplorées encore par l’âme humaine, où les psychologues de profession n’avaient jamais abordé, des domaines étranges et peu fréquentés : le satanisme et la magie. »

 

Joanny Bricaud

L’Apparition 1874-1876

Musée Gustave Moreau

 

« Dans l'œuvre de Gustave Moreau, conçue en dehors de toutes les données du Testament, des Esseintes voyait enfin réalisée cette Salomé, surhumaine et étrange qu'il avait rêvée. Elle n'était plus seulement la baladine qui arrache à un vieillard, par une torsion corrompue de ses reins, un cri de désir et de rut; qui rompt l'énergie, fond la volonté d'un roi, par des remous de seins, des secousses de ventre, des frissons de cuisse; elle devenait, en quelque sorte, la déité symbolique de l'indestructible Luxure, la déesse de l'immortelle Hystérie, la Beauté maudite, élue entre toutes par la catalepsie qui lui raidit les chairs et lui durcit les muscles; la Bête monstrueuse, indifférente, irresponsable, insensible, empoisonnant, de même que l'Hélène antique, tout ce qui l'approche, tout ce qui la voit, tout ce qu'elle touche. »
J.K. HUYSMANS – Á REBOURS

www.arbredor.com/extraits/arebours.html